4 mois déjà !

Posted by Monique et Jean-Pierre on juillet 5, 2010

Bonjour à tous !
Vous voilà en vacances ou presque …..
Il y a bien longtemps que je ne vous ai écrit alors je vais essayer de me faire pardonner surtout par ceux qui écrivent fidèlement sur le blog où à nos adresses mail (qui n’ont pas changé !). C’est toujours avec un très grand plaisir que nous vous retrouvons via internet qui est un peu le « cordon » qui nous relie à tous ceux qui nous sont chers.
D’abord on peut vous dire que tout va très bien pour nous. On est toujours aussi heureux ici. Ces 4 mois sont passés très vite même si on a l’impression d’avoir déjà découvert et vécu plein de choses.
Aujourd’hui, dimanche 4 juillet nous avons pu avoir à midi Paco, Mgr Paco un homme remarquable, un prophète ! qui a donné sa vie aux plus démunis que ce soit en Argentine ou au Pérou. Nous étions « chez lui » dans les Andes à Pitumarca, début mai. Il rentre en France ces jours-ci et a fait un petit crochet par Campoy pour nous dire bonjour.
Vous pouvez le voir entre Hubert, le curé de Campoy et Jose-Luis, un ami péruvien commun. Ce fut une grande joie de le recevoir ainsi que Jose-Luis, sa soeur Nilda ancienne boursière de l’association et son frère Andres, chauffeur de taxi. Hubert était heureux de l’accueillir sur ses terres pour la 1° fois. On a vraiment passé un bon moment ensemble..
Dimanche dernier nous étions à la fête de l’Inti Raymi, fête du solstice d’hiver (et oui nous, nous sommes en hiver !) le 24 juin. C’est une ancienne fête qui remonte aux Incas, fête religieuse en l’honneur de l’Inti: le soleil. Célébrée devant l’empereur elle donnait lieu à des offrandes et à des sacrifices.
C’était aussi le début de l’année pour les Incas. Cette fête est reprise peu à peu ailleurs que dans les Andes. Préparée par l’ensemble des collèges de Campoy elle permet aux jeunes de découvrir leur patrimoine culturel.
Une façon peut-être aussi de valoriser les Indiens venus des Andes, descendants de ces Incas. Cette fête, qui se passait tout près de chez nous, nous a aussi permis de découvrir un site que nous ne connaissions pas, celui d’une ancienne forteresse inca. Tintin et le temple du soleil ne sont pas loin de chez nous !

Avant de vous parler de notre travail je ne résiste pas à l’envie de vous envoyer quelques photos de notre quotidien. On est souvent réveillés dès 6h du matin par des vendeurs ambulants, je vous avais déjà montré le marchand de balais voilà celui d’ananas et de canne à sucre. La voiture est bien représentative des véhicules de Campoy. Il n’y a pas de contrôle technique au Pérou ! Pour les bus c’est pareil, parfois on voit la route sous nos pieds et les portes ne ferment pas souvent.

Côté alimentation j’avoue que je cuisine français mais j’ai acheté un livre de recettes péruviennes pour m’y mettre ! Je vais vous décrire les repas habituels à Lima. D’abord la soupe: incontournable, avec du maïs souvent, du riz ou des pommes de terre. Ensuite le plat comportant du poulet (vu la quantité de poulets ingurgités ici, ils ne sont pas élevés aux grains !!!) ou exeptionnellement du poisson. Accompagné de riz invariablement et de pommes de terre, parfois maïs ou patates douces et des herbes. Andres qui m’avait demandé si je pouvais lui faire goûter la cuisine française, était tout surpris qu’on puisse faire un repas sans soupe et sans riz !! La soupe on s’y est habitué, le riz et le poulet: on n’en mange jamais chez nous on a notre compte quand on mange ailleurs ! On se régale de poisson délicieux et bon marché et de fruits exotiques. On pourrait aussi manger dans la rue comme le font beaucoup de Péruviens.
Je vous disais qu’on est en hiver, il fait un temps « bouché » avec souvent la garua, c’est le nom qu’on donne à cette bruine, style crachin breton. Il ne pleut jamais à Lima mais le taux d’humidité est très élevé donnant une sensation de froid désagréable. Dans les maisons on a 17° environ.

Comme vous le voyez, on aperçoit difficilement le Policlinico au bout de la rue. Par contre on voit très bien les sacs plastiques (parfois ce sont des paires de chaussures) qui pendent sur les fils électriques !
Côté travail Jean-Pierre a terminé son prototype de capteur solaire, il a réussi à avoir de l’eau à au moins 40° (il n’a pas trouvé ici de termomètre montant au-delà!) avec 45 minutes de soleil. Reste à le réduire en taille et en coût pour le mettre à la portée de tous ceux qui souhaiteront en réaliser un semblable. L’électricité du policlinico est en bonne voie. J’en profite pour vous présenter une partie de l’équipe qui y bosse
avec aussi ceux qui bossent au Vivero (jardin paroissial) dont une partie jouxte le policlinico. Vous pouvez voir à droite Domingo à qui Jean-Pierre apprend l’électricité.

Il a aussi terminé les plans d’un bâtiment pour ce Vivero qui comportera plusieurs modules: logis du gardien, bureau de ventes des plantes, arbustes et plans de légumes et atelier pour enseigner la fabrication des chauffeaux solaires.
Quant à moi, je continue mes consults au Policlinico, je suis actuellement des formations sur la prévention tous les jeudis et samedis après-midi de juillet, très intéressant. J’avance enfin ! dans le projet des mères adolescentes (11 à 17 ans) très nombreuses, de plus en plus nombreuses d’ailleurs. Il faut savoir être patient, c’est absolument indispensable ici !! J’ai commencé aussi la semaine dernière à visiter les familles dans le quartier le plus pauvre de Campoy.

Je travaille pour ce projet et celui des adolescentes enceintes et jeunes mamans avec Angelica que vous pouvez voir sur la 1° photo du Policlinico (ci-dessus), c’est la grande jeune fille. Elle a 20 ans et est en 1° année d’études pour être tecnica de salud (entre infirmière et aide-soignante). On s’entend très bien toutes les deux, elle est très intéressée par ces projets. Cette démarche a pour but de voir les soucis de santé des familles, de dépister les cas de tuberculose, les ados qui pourraient être concernées par l’autre projet, aider ces familles sur le plan hygiène, nutrition, soins.
On rencontre des familles en très grande précarité, des mamans célibataires avec de nombreux enfants, des femmes battues, des grands parents âgés (ici à 55 ans les gens sont âgés car ils ont derrière eux une vie très dure) qui ont en charge des petits enfants car les parents ou la mère seule sont partis tenter leur chance à l’étranger et ne sont jamais revenus, parfois faute de documents d’identité. Dans ce quartier la grande majorité des habitants sont des « déplacés », ils sont appelés ainsi car ils sont arrivés ici pour fuir le terrorisme dans les Andes il y a une vingtaine d’année. D’autres arrivent encore pour fuir cette fois la misère qui sévit dans les régions andines espérant un avenir meilleur ici…Ces cahutes (comment les appeller maisons ?) n’ont pas d’eau, certaines pas l’électricité, le sol est en terre battue…..On se croirait dans les Andes vraiment avec la poussière en plus mais peut-être au fond du coeur un petit espoir que leurs enfants s’en sortent mieux ici.
C’est à cet espoir qu’on essaie de contribuer avec la paroisse, le Policlinico et sans doute aussi bientôt l’association « Sandia ».
On vous souhaite un très bon été. Profitez bien du soleil je crois que vous n’en avez pas trop eu jusqu’à présent ! Alors attention aux coups de soleil !
On n’oublie pas la famille, les amis, les copains…
On vous embrasse.
Monique et Jean-Pierre.

Categories: News de campoy
5Juil

7 Responses to “4 mois déjà !”

  1. jack dit :

    salut!
    effectivement ici les vacances et le soleil sont arrivés
    nous sommes impatients de vous voir
    mamie vous préparera ce que vous aimez: soupe, riz et poulet…
    biz
    jack

  2. Francis dit :

    Bonjour et merci de ces nouvelles; cette fois on vous voit dans vos meubles ! Heureux de vous voir aussi avec des amis connus et proches.
    Très important, Jean-Pierre, as-tu déposé un brevet pour ton chauffe-eau? l’association Sandia compte bien toucher les revenus que tu tireras de cette invention; on modifiera votre contrat pour définir votre part ! Blague à part, bravo, car j’imagine que ce n’est pas évident, nous espérons une belle photo du prototype !
    Intéressant de voir se perpétuer cette fête de l’Inti, et si près de Lima.
    Quant à l’hiver quand on vous voit dans vos doudounes si près de l’équateur et au niveau de la mer, c’est impressionnant.
    Amitiés.
    Francis

  3. maminette dit :

    merci , pour ces tranches de vie , chaque mois .Nous cnnaissons un peu plus votre activité et celle de tous ceux qui vous entourent ,rude mais riche de tant de solidarité…J’admire les réalisations déjà accomplies en quelques mois ! Comment ne pas être heureux nous-même puisque vous l’êtes ?Bon mois de juillet , en attendant de replonger dans vos foyers , ce qui sera heureux aussi…
    je vous embrasse

  4. Melanie et Loïc dit :

    Bravo pour ce beau travail que vous accomplissez, nous sommes toujours aussi content d’avoir de vos nouvelles!
    En effet chez nous le soleil est enfin de retour, nous avons de tres fortes chaleurs qui sont difficiles à supporter…on est jamais content!!! Non je plaisante cela fait du bien au moral!
    Effectivement l’alimentation chez vous semble bien differente de chez nous, ça doit etre difficile de toujours manger du riz ou des pommes de terre…
    Bravo pour le projet de votre mari.
    Nous vous embrassons fort
    Mélanie Loïc Chloé Laly

  5. REMY dit :

    Merci encore pour ces nouvelles et et le dépaysement qu’elles apportent avec elles.
    Je vois que le prochain bulletin sera très riche de photos, de projets futurs et certains aboutis!
    Pour nous, c’est bien l’été ici.Pour ma part, j »apprécie de ne plus travailler!Bises et à bientôt?

  6. pierre Tézenas dit :

    Bonjour aux Péruviens de France et merci pour les nouvelles. je vois que les choses semblent aller comme vous le souhaitiez et que vous avez trouvé vos marques et votre rôle . Pour moi c’est bientôt les vacances où j’irai marcher et randonner .
    A bientôt pour vous lire
    Pierre T

  7. chantal dit :

    Bonjour à tous les deux,
    Merci pour ces nouvelles, je vois que tout se déroule selon vos voeux et ceux de vos « accueillants » , et que « la pêche » ne vous quitte pas.
    Excusez mon peu de présence ces derniers temps sur le blog, il y avait beaucoup de travail pour la préparation des expos, mais ça y est, c’est parti… Et de toute manière cela ne nous empêche pas de penser souvent à vous.
    Bonne continuation et grosses bises,
    Chantal et André

laisser un commentaire